Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

English

Blogue et bla-bla

Hormonale tu dis!?!

9 novembre 2020

Ah ces fameuses hormones! Combien de fois vous êtes-vous fait dire ou avez-vous dit vous-même : je suis hormonale!? Il est absolument vrai que nous avons des hormones, comme les hommes, et qu’elles sont essentielles à notre santé et notre développement. Toutes fois, les hormones féminines sont cycliques aux 21 à 35 jours, ce que l'on appelle un rythme circadien et les hormones masculines cycliques aux 24 heures. Le cycle hormonal féminin fluctue durant le mois, c’est pourquoi elle peut en ressentir plusieurs effets. Rien d’anormal, en fait, chaque phase cyclique a quelque chose d’unique à contribuer. Ce qui N'EST PAS NORMAL, ce sont les inconforts négatifs et les douleurs. Lorsque ces symptômes surgissent, ils sont signes de déséquilibre hormonal.

Au poste à tous les mois, les règles sont encore taboues, peu appréciées et mal connues. Le cycle menstruel, plus qu’un indicateur de fertilité; il reflète aussi la santé générale de la femme. Les menstruations ont même été reconnues au début des années 2000 comme un signe vital chez la gent féminine. Alors pourquoi vouloir prendre de la médication pour les arrêter? C’est comme si je trouvais encombrant d’aller à la selle à tous les jours et que je préfèrerais prendre un produit pharmacologique pour m’empêcher de déféquer! Oui mon analogie est forte vous direz, mais pensez-y bien, c’est totalement la même chose. La seule différence, c’est que les hommes n’ont pas de menstruation et que depuis des centaines d’années, la médecine est pratiquée majoritairement par des hommes et testée sur les hommes. Même le philosophe Platon croyait que c'était une forme d'hystérie causée par un utérus trop attristé de ne pas porter un enfant! Hélas, depuis l'ère du célèbre penseur, la croyance se cultive encore que si la femme est marabou, elle doit être dans son temps du mois, s'elle est sexuelle, elle doit ovuler. Le cycle menstruel et les hormones féminines demeurent encore peu connus et étudiés. Heureusement, une compréhension plus approfondie et des changements sont en marche depuis quelques années.

Depuis le début des temps la femme est menstruée. Signe de fertilité et de santé, c'est probablement une des raisons pour laquelle elle vit plus longtemps que l’homme, évacuent les toxines par le sang. Les 2 hormones féminines qui nous différencient de l’homme, sont l’estrogène et la progestérone. Ce sont ces 2 hormones, très sensibles à notre environnement interne et externe, qui oscillent durant notre cycle. Un écart trop important entre le ratio estrogène et progestérone, crée de grands symptômes physiques, émotionnels et psychologiques. Une petite fatigue, de faibles crampes abdominales, des saignements d’une durée de 2 à 7 jours et un cycle entre 21 à 35 jours est normal...tous autres symptômes n'est pas normal. Dans le journal médical, on énumère plus de 200 symptômes associés aux règles menstruelles dont saut d’humeur, irritabilité, migraine, maux de tête, insomnie, acné, prise de poids, rétention d’eau, douleur lombaire, douleur abdominale, douleur à la poitrine, fringales, fatigue, diminution de concentration… Tous ces symptômes anormaux indiquent un déséquilibre hormonal. Si ignorés, ils s'aggravent avec le temps.

Après le cycle menstruel, vient la ménopause! Combien de femmes ne sont plus capable de contrôler leur poids, ont des chaleurs à tous moments de la journée, surtout la nuit, à un point tel de mouiller leurs draps, de nuire à leur sommeil et de faire chambre à part avec l'être aimé? Comment ne pas être irritable après des mois de nuits interrompues, d'être fatiguée et avoir le sentiment qu'un nuage couvre le cerveau? Saviez-vous que la femme décède davantage de crise cardiaque après la ménopause que de n’importe quelles autres maladies? Et encore, qu’il est plus fréquent de développer la maladie d’Alzheimer chez la femme ménopausée que chez l’homme du même âge? Tous ces risques plus élevés chez elle démontrent inévitablement le rôle important des hormones féminines et la nécessité d’en prendre soin. Le corps humain est une merveilleuse machine, il faut apprendre à l'écouter lorsque quelque chose ne va pas.

C'est pour toutes ces raisons qu'In-Step se passionne sur la santé féminine et a créé son programme "HORMONES FÉMININES''. Ayant vécu moi-même une grande partie de ma vie avec des symptômes physiques et émotionnels pénibles, je comprends très bien cette souffrance. On m'a déjà dit que c’était bien normal, c’est ça être une femme! Le jour où mes SPM ont commencé à se pointer 2 semaines avant mes menstruations, j'ai décidé que j'en avais assez! Je pouvais prendre 2 à 3 pouces de taille, mon humeur, l’estime de moi-même et mon goût de vivre en prenaient tout un coup. Ajoute l'insomnie, l'acné, la douleur lombaire (comme si on m’avait frappé dans le bas du dos avec un bâton de baseball), les chaleurs nocturnes, l'irritabilité, les fringales insatiables, la mélancolie et j’en passe... L’inconfort et la douleur étaient insupportables à un point tel que je consommais 2 anti-inflammatoires extra-forts aux 3 heures les premiers 30 heures de mes règles. J’ai même pensé à l’hystérectomie… Je vous avoue que ce qui m’effrayait encore plus, était la ménopause. Je pouvais imaginer que cette étape de ma vie serait une perte totale du contrôle de mon corps! J’ai compris avec le temps, beaucoup de recherches et mes études, que tous ces symptômes sont des signes de déséquilibre hormonal. J’ai toujours opté vers une approche naturelle et holistique tout en prenant charge de ma santé, en changeant les habitudes qui lui nuisent. Je crois qu’avant d’aller vers des méthodes plus invasives ou chimiques, il est bon d’essayer une approche plus douce, parce que majoritairement, elles fonctionnent 😊 Jamais je ne jugerai celles qui décident de prendre une autre direction. À chacune son choix, mais avoir des choix, c’est souvent ce qui manque. -- Emilie